Abolir les pratiques non épanouissantes imposées à la femme Kamite

2Ffgm Supprimer l’excision

Propos tenus à Brazzaville, mercredi 28 décembre 2005

(…) Ce n’est pas souvent, dans la société, qu’on a l’occasion de le faire mais c’est important pour nous-mêmes. C’est important qu’une fois par an de s’immerger dans l’autre moitié de nous-mêmes, car nous sommes tous un peu femme, un peu homme; mêmes les plus machos, même les plus simples, même les plus ‘‘militaristiques’’ dans le mauvais sens du terme ‘‘je suis un homme et un homme ça ne fait pas ça’’, il faut qu’il se regarde dans le miroir; d’emblée, ils ont toutes les réponses. Même si on ne peut pas la voir, on a tous une partie féminine.

Médicalement, les femmes ont un clitoris, enfin celles à qui on ne l’enlève pas. Et nous, Raéliens, sommes là pour lutter tous pour que soit supprimé définitivement ce crime abominable qu’est l’excision.

Les Raéliens, nous devons être des pionniers pour le préservatif, des pionniers contre l’excision, contre l’infibulation aussi, pratiquement toutes ces pratiques épouvantables et barbares où on va enlever une partie de la création des ELOHIM. C’est un crime contre la création que d’enlever le clitoris des femmes.

Qu’est-ce qu’un clitoris d’une femme? Il n’y a pas de différence entre un clitoris et un pénis. Le pénis dont les hommes sont si fiers, est un clitoris qui a juste poussé; ce n’est rien d’autre. Au début, après la différenciation sexuelle merveilleuse, il n’y a rien qui change, il y a la même chose. Puis, il y en a un qui pousse, ça fait un pénis; quand il ne pousse pas, ça fait un clitoris.

Regardez-vous Messieurs dans un miroir, et dire : ‘‘ j’ai un beau clitoris ’’. Oui, parce que ce n’est rien d’autre que ça. Et les femmes, vous pouvez vous regarder dans le miroir et dire ‘‘j’ai un beau petit pénis’’.

Communiqué de presse de soutien à la reconstruction du clitoris, 26 janvier 2006

Communiqué de presse de soutien à CLITORAID, 15 mai 2006

Communiqué de presse de lancement de l’hôpital du plaisir au BurkinaFaso, mai 2007

Brazzaville, le 28 Décembre 2007

Nomination par RAËL du célèbre artiste-musicien Côte-d’Ivoire, Tiken Jah Fakoli en qualité de Guide honoraire pour l’humanité pour sa chanson «Non à l’excision» qui proteste contre la tradition barbare des mutilations génitales féminines Le titre de Guide Honorifique est décerné à des hommes et des femmes qui ne sont pas raéliens, mais qui, comme les Raéliens, consacrent leur vie à changer le monde en réduisant la violence, en dénonçant l’injustice et les manipulations du gouvernement, en éliminant les tabous liés à dieu et font la promotion des droits de l’homme. La lutte contre l’excision et les autres mutilations génitales féminines est ainsi considérée comme une action de très haute portée car, contribuant à l’épanouissement globale de l’humanité.

Éliminer le repassage des seins

Communiqué de presse, 7 juillet 2007

Le repassage des seins consiste à écraser avec du bois ou de la pierre chauffée au feu, les seins de la jeune fille alors que ceux-ci commencent à se former, dans le but de les faire disparaître en les empêchant de se développer. Pourquoi ? « Pour préserver les adolescentes des regards des hommes et leur éviter des rapports sexuels précoces » prétendent les tortionnaires ! (Le Quotidien Mutations de Yaoundé http://fr.allafrica.com/stories/200605310538.html; BBC News http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/africa/5107360.stm).

Cette pratique très répandue au Cameroun où au moins 26 % des filles la subissent au moment de leur entrée en puberté est très douloureuse et dangereuse. Par-delà les séquelles physiques qu’elle produit, elle marque à vie psychologiquement la victime au même titre que l’excision. Des témoignages indiquent que le « repassage des seins » est pratiqué dans une moindre mesure dans d’autres régions de l’Afrique comme par exemple en Côte d’Ivoire.

Dans cette ère où la science a démontré toute l’importance de la sensualité dans l’épanouissement de l’être, une étape indispensable au progrès de l’humanité, comment peut-on admettre cette violence faite aux jeunes filles ?

RAËL, le chef spirituel du Mouvement Raélien, dénonce cette pratique du « repassage des seins », et soutient le Réseau des associations de tantines et toutes les personnes qui luttent contre cette autre forme de mutilation imposée aux jeunes femmes africaines.

Avec tous les Raéliens en Afrique,RAËL lance un appel pour un arrêt urgent de cette violence toute aussi criminelle que l’excision.

Téléchargement gratuit