Création d’une citée des sciences

Science Propos tenus à Brazzaville le 13et 14 décembre 2001

La génétique aussi, c’est très important, c’est pour cela que j’ai amené le Dr Boisselier qui m’accompagne, car c’est elle qui s’occupe du projet de clonage humain. J’espère que l’on pourra faire le laboratoire de clonage humain ici.

(…) J’ai un grand projet et Brigitte est avec moi pour voir comment le concrétiser. J’aimerais créer une cité des sciences ici, la première cité des sciences africaine, qui s’appellerait “Scientopolis”, où il y aurait un laboratoire de clonage que tous les pays soi-disant évolués condamnent pour des raisons éthiques…

J’espère vraiment que cela se fera dans un pays africain. On y produira des aliments génétiquement modifiés, des plantes génétiquement modifiées qui permettront de nourrir tout le monde. Cela multipliera les productions industrielles agricoles par 10, par 100, par 1.000, car on peut produire des aliments qui donnent 1.000 fois plus de rendement à l’hectare par des modifications génétiques.

C’est faisable, c’est possible ; on peut faire des bananes grosses comme la cuisse et qui ont 10 fois meilleur goût.

On peut faire des noix de coco grosses comme des citrouilles ! Il n’y a pas de citrouilles ici. Il faut que je trouve une autre image. On peut faire des cocotiers où les noix de coco seraient plus basses que notre tête, ce serait moins dangereux quand on fait la sieste.

On peut faire du gazon qu’on n’a pas besoin de tondre, si on programme, ça pousse pour qu’il s’arrête à une certaine hauteur.

On peut tout faire.

On peut devenir des ELOHIM, on peut devenir des dieux. Tout est possible.

Je voudrais créer cette cité des sciences en Afrique avec un laboratoire de génétique, un laboratoire de clonage, d’électronique. Mon fils qui a une école d’informatique à Paris, pourrait également contribuer à ce projet. Il pourrait lui aussi vous aider pour former les jeunes à être, avec ces petits avions dont je vous parlais tout à l’heure, au même niveau que les Américains, et faire passer l’Afrique, tout à coup, du moyen-âge au futur directement sans passer par les périodes intermédiaires.

Cela n’arrangerait pas les pays occidentaux, car en réalité, ils disent très haut qu’il faut aider l’Afrique et tout bas, pas trop. Il faut qu’ils progressent un peu, mais pas qu’ils deviennent meilleurs que nous, car ils doivent continuer à consommer nos produits, à acheter ce que nous avons à leur vendre, c’est un discours d’hypocrites. Je veux, moi, au contraire que vous soyez un peu au-dessus d’eux. Chacun à son tour quand même, c’est normal, pas toujours les mêmes devant. Et j’aimerais que l’Afrique se développe tellement que peut-être un jour, elle donnera une aide au nouveau tiers-monde que sera devenue l’Europe, ça sera intéressant.

Et les étudiants viendraient étudier ici, et vous les accueilleriez avec bienveillance, sans rancune. Il faut ce genre de retournement. Pensez à ça, c’est possible, je ne rêve pas.

Ça ne dépend que de vous, de votre fierté, de votre dignité, de votre soif de savoir et de connaissances que vous saurez insuffler à vos enfants.

Tout cela est possible; ça peut même arriver avec beaucoup plus de chances que vous ne l’imaginez. Pourquoi ? Parce que les pays occidentaux ont des handicaps que vous n’avez pas ; le handicap de l’éthique.

Il faut abandonner l’éthique. Attention car elle pourrait germer ici. L’éthique vient des religions traditionnelles comme la religion catholique.

Téléchargement gratuit