Importance stratégique de l’éducation

2Feducation Du financement de la formation des enfants surdoués africains, août 2001

L’Afrique n’échappera à sa misère que par l’éducation. Il vaut mieux apprendre à pêcher aux Africains que leur donner du poisson. Les nouvelles technologies et la Science sont la seule solution pour faire sortir l’Afrique du Tiers-Monde.

Tous les jeunes Africains, la seule importante matière première de ce continent, devraient avoir un accès immédiat à l’éducation et à l’Internet.

Ils ont plus besoin d’ordinateurs et d’Internet que de nourriture. Car ce sont ces technologies qui leur permettront de transformer leur pays sousalimenté en pays riche. Les pays africains ont l’énorme responsabilité, face aux générations nouvelles et futures, d’assurer leur éducation.

Les aides des pays riches ne devraient servir que et uniquement à cela, au lieu d’être utilisées pour entretenir des armées inutiles ou d’être détournées pour enrichir des politiciens.

* Gratuité de l’éducation

in “Back to Kama”, mars 2009 Il est capital, pour le succès futur de Kama, que l’éducation jusqu’au plus haut niveau universitaire, soit et demeure gratuite, c’est la clef du succès ; l’éducation non gratuite étant la clé aussi de la transformation progressive des USA en pays sous développé.

* Education par Internet

Propos tenus à Genève le 6 octobre 2000

(…) L’éducation, c’est pareil. L’éducation est totalement à reconsidérer. Puisque, grâce à l’internet, on n’a plus besoin de supporter les mauvais professeurs. On peut avoir les meilleurs professeurs du monde qui enseignent à tout le monde en même temps ; ça, c’est extraordinaire. C’est le meilleur professeur, parce qu’on a droit au meilleur, qui va enseigner à tout le monde en même temps. L’école aussi ; l’école n’a pas toujours existé. Donc, on peut très bien imaginer que les enfants ne vont plus à l’école mais apprennent à la maison, à l’ordinateur.

Aux Etats Unis, je ne sais pas comment c’est en France (malheureusement, je suis sûr qu’il y a du retard), 70 % des enfants de 3 ans ont déjà un ordinateur ; c’est intéressant ! 3 ans ! Imaginer ce que ça fait là. Ils y sont.

En France, je ne sais pas s‘il y a 70 % des adultes qui ont un ordinateur. Ça s’accélère et là, ça sera le tiers-monde informatique et scientifique. C’est le chemin que ça prend.

Propos tenus à Brazzaville le 13 décembre 2001

(…) Le message que j’amène, c’est qu’il faut former les jeunes. Non pas comme les pouvoirs occidentaux voudraient vous le faire faire, en vous faisant passer par l’industrialisation pour garder toujours une avance sur vous et continuer à vous considérer comme des pays en voie de développement. Cela c’est une néo-colonisation. Moi, je voudrais que les enfants dans les écoles aient tous des ordinateurs, et ce doit être la priorité. Que l’accès à l’Internet soit immédiat pour toutes les populations d’ici, car, si vous avez accès à ces moyens de formation, vous ne serez pas à la traîne, mais vous serez au même niveau que les autres pays.

Propos tenus à Brazzaville le 14 décembre 2001

(…) C’est pour cela que j’ai une grande fierté d’avoir récemment entendu parler de ce jeune Ivoirien de douze (12) ans qui a réussi à avoir son baccalauréat ; on l’a envoyé faire ses études aux Etats-Unis.

J’en suis heureux pourtant en même temps j’en suis malheureux parce qu’il va aux USA chercher le savoir et que ce n’est pas normal. Maintenant, il existe une technologie nouvelle qui s’appelle l’Internet. Vous savez peut être,sinon je vous le précise, qu’il y a maintenant une Université aux USA où vous pouvez passer tous vos diplômes par l’Internet, plus besoin de se déplacer.

C’est l’une des plus grandes universités américaines.Alors moi, je souhaite que tous les jeunes Africains aient l’Internet, chez eux ; ainsi, il n’y aura plus besoin d’école, ni d’université. Vous pouvez l’avoir chez vous, et remettre tous les vieux concepts scolaires en question,tous les enfants peuvent avoir un ordinateur, à des prix très bas. On pense qu’il faut des infrastructures extraordinaires pour amener l’Internet, qu’il faut des satellites (et ça coûte des milliards de dollars d’installer des satellites). Il n’y a plus besoin de satellite, c’est fini. Il n’y a plus besoin non plus de câbles téléphoniques pour amener le signal Internet.

Il faut de l’électricité, oui. Toutes les régions africaines n’ont pas encore l’électricité… L’électricité, vous pouvez maintenant également, grâce aux nouvelles technologies, l’avoir localement par l’énergie solaire.

Chaque maison peut être équipée de panneaux solaires qui coûtent de moins en moins cher ; ainsi chaque maison générera sa propre électricité, pas pour se chauffer ou pour faire la cuisine, ça consomme trop, mais pour un ordinateur, ça ne consomme pas beaucoup. Les Américains ont eu une idée extraordinaire, pour remplacer les satellites extrêmement coûteux.

Ils se servent de petits avions, comme des ULM : ce sont de tout petits avions peu chers. En les améliorant, ils volent un peu plus haut, à dix milles mètres d’altitude environ, et sous le ventre ils ont le même équipement que les satellites. Ils volent presque immobiles et tout le pays est arrosé par le signal Internet. Il existe trois avions de ce type, ils ne coûtent presque rien, en comparaison du coût d’un satellite.

Les pays qui n’ont pas les moyens d’avoir un satellite pourront s’équiper et seraient ainsi et immédiatement à égalité avec les Etats les plus avancés de la planète.

Ça fait partie des choses que je souhaiterais voir mises en place dans votre pays et dans toute l’Afrique. Ça existe, ce n’est pas un rêve, ce n’est pas du futur, cette compagnie existe et a déjà des contrats avec un autre peuple extrêmement défavorisé, les Indiens d’Amérique. Ils viennent de signer des contrats et ils ont déjà acheté des avions pour recevoir l’Internet depuis leurs réserves.

L’Internet c’est une priorité et c’est encore un autre message que j’amène à votre Président de la République : éduquer les jeunes par l’Internet.

Car, grâce à l’Internet, vous pouvez avoir immédiatement accès à toutes les connaissances de la planète et avec des ordinateurs qui ne sont pas forcément neufs, on n’a pas besoin d’acheter des Pentium 500.

Avec un pentium que les Européens ne veulent plus, parce qu’ils veulent toujours du nouveau, comme un “vieux” pentium de trois ans, quatre, cinq ans qui ne vaut presque plus rien (les ordinateurs se déprécient très vite),peut-être seulement 20 dollars, 30 dollars ? Ceux-là, je voudrais qu’on les récupère, qu’on les envoie en Afrique. C’est plus important que de donner de la nourriture, car c’est permettre “d’apprendre à pêcher” à ceux qui demain seront capables d’égaler les autres.

Et cette opération peut être immédiate, on peut la mettre en place très rapidement. Un ordinateur qui a quatre ans ou qui a dix ans permet, tout autant qu’un neuf, d’accéder aux technologies d’aujourd’hui et à la mise à jour de celles de demain. Les connaissances sont journellement mises à jour et il n’y a pas besoin d’avoir un ordinateur neuf pour y accéder; c’est cela qui est extraordinaire.

Bien sûr, on n’a peut-être pas, avec ces vieux ordinateurs, le moyen d’avoir des animations couleur, ce n’est pas grave et ce n’est pas le plus important. Le luxe de voir des films en animation couleur ne formera pas les génies de demain dont cette terre a besoin. Ayez l’objectif de faire passer cette nécessité autour de vous. Faites-la passer dans les écoles, faites-la passer partout dans la population.

(…) Prenez conscience, tout le temps, que vous êtes des êtres en développement ; ne vous arrêtez pas à un préjugé, ne vous arrêtez pas à un complexe d’infériorité, c’est surtout celui-là que je retiens chez vous, car j’ai tellement entendu les Africains me dire que les Blancs sont meilleurs. Allez explorer les sciences, allez explorer les connaissances, poussez vos enfants, encouragez vos enfants, non pas à devenir égaux aux Blancs mais à devenir meilleurs parce qu’ils en sont capables; et parce qu’ils ont le devoir de le devenir et, un jour peut-être, votre culture se sera tellement développée que les Européens viendront étudier en Afrique.

* Formation spéciale pour les petits génies

Du financement de la formation des enfants surdoués africains, août 2001 Nous, Raéliens du monde et singulièrement d’Afrique et de la Diaspora noire, demandons solennellement au Gouvernement de Côte d’Ivoire d’attribuer une bourse d’études à NIAHI DAGAUD Norton Lewis, âgé de 12 ans, afin qu’il puisse devenir le plus jeune africain surdoué de cet âge, à faire ses études dans les meilleures universités américaines.

Nous demandons solennellement au Gouvernement de Côte d’Ivoire d’allouer une bourse d’études à NIAHI DAGAUD Norton Lewis, âgé de 12 ans, et qui vient brillamment de réussir son BAC, de rentrer dans les meilleures universités américaines où il acquerra un savoir dont il pourra faire bénéficier tous ses compatriotes.

Il faut que son cas devienne un symbole, pour la Côte d’Ivoire mais, surtout, pour l’Afrique toute entière, de la volonté des gouvernements de ce continent de le faire passer directement du sous-développement au 3ème millénaire. Nous demandons également qu’une fondation panafricaine soit créée afin de permettre, chaque année, aux enfants surdoués de tous les pays d’Afrique, de pouvoir accéder aux meilleures universités américaines. Cette fondation devra être financée par tous les gouvernements Africains pour préparer l’élite future de ce continent. Elle pourrait s’appeler Fondation EducAfrique.

Téléchargement gratuit