Lutte contre le néo-colonialisme en Afrique ne doit pas devenir du racisme

2Fcolonialism Valcourt (Québec) Canada, novembre 2004

(...) Souhaiter se débarrasser définitivement des traces de colonialisme, ne signifie pas entamer une lutte raciale à l’envers. Les anciennes victimes du racisme des Blancs doivent rester loin du racisme anti-blanc revanchard qui les rabaisserait au niveau infâme de leurs anciens exploiteurs. Ce que les Africains doivent exiger c’est la fin du colonialisme sous toutes ses formes, qu’il soit culturel, religieux ou économique. Ce n’est pas la race qui est en question, c’est la citoyenneté.

Que des émigrés français soient devenus une partie importante de l’économie africaine et puissent continuer à vivre sur ce continent en contribuant à son développement, est une chose excellente.

Ce qui est inacceptable, c’est que ces personnes s’enrichissent sur le dos des Africains et repartent ensuite profiter de leur fortune dans leurs pays d’origine et servent en même temps d’excuse à des interventions militaires des anciennes puissances coloniales.

Les émigrés des anciens pays exploiteurs doivent choisir entre la nationalité de leur nouveau pays et l’ancien. Tout comme le Japon, les pays africains doivent exiger que les gens qui vivent sur leurs terres choisissent la nationalité des pays où ils s’enrichissent et qu’ils enrichissent par là même.

Aussi longtemps qu’il y a des citoyens français en Côte d’Ivoire, le Gouvernement français saisira la moindre occasion pour envoyer ses armées sous le prétexte fallacieux de protéger ses citoyens.

(…) Que les Africains soient anti-français est normal ; mais ils ne doivent jamais s’abaisser à devenir anti-blanc! Vouloir expulser tous les Français est sain, car les néo-colonisateurs n’ont rien à faire dans des pays indépendants et retrouvant leur dignité. Mais vouloir expulser les Blancs, seulement à cause de leur couleur de peau, est un crime raciste qui viendrait salir les Africains qui ont le privilège d’avoir une pureté morale qui fait défaut aux anciens colonisateurs.

Une Afrique convalescente de la décolonisation se doit de ne pas confondre la lutte contre les séquelles de la colonisation et le racisme. Obliger tous les gens de nationalité française qui prétendent aimer les pays africains qui les accueillent à adopter la nationalité de ces pays et à être définitivement déchus de la citoyenneté française, ce qui s’appelle légalement un renoncement des liens d’allégeance, serait une preuve tangible que ces citoyens sont sincèrement attachés au pays où ils travaillent.

Et ce serait surtout une garantie que les anciennes puissances coloniales ne pourraient plus utiliser ce faux prétexte pour envoyer leurs armées.

«L’Afrique aux Africains», plus que jamais, ce leitmotiv doit être répété. «L’Afrique aux Africains», c’est-à-dire à ceux qui ont choisi d’en être citoyens et de contribuer à son développement, quelle que soit leur couleur de peau.

Les autres, les pilleurs qui viennent seulement s’enrichir sur le dos des Africains, et quelle que soit leur couleur de peau également, doivent partir même si ce sont des Noirs-Américains. Non seulement parce que ce sont des pillards qui n’aiment pas vraiment l’Afrique, mais aussi parce qu’ils sont un alibi trop facile pour interventions militaires des anciennes puissances coloniales.

“L’Afrique aux Africains’’ est un leitmotiv admirable et motivateur.

Il faut être extrêmement vigilant pour que ce magnifique leitmotiv ne devienne jamais « L’Afrique aux Noirs»... Cela serait un crime, non seulement contre l’Humanité, mais surtout contre la race noire elle-même qu’un grand penseur africain appelait la négritude, et qui a l’honneur et le privilège d’avoir la supériorité sur les Blancs, de n’avoir jamais commis le crime de coloniser les populations européennes ou de les avoir soumises au répugnant esclavage.

L’Afrique doit conserver cette supériorité morale afin que jamais les anciens colonisateurs ne puissent, en se sentant victimes à leur tour du racisme des Noirs, se sentir dégagés de leur responsabilité morale éternelle pour leurs crimes passés.

«L’Afrique aux Africains», c’est un leitmotiv enthousiasmant pour le continent le plus important pour le futur de l’Humanité, ce continent qui sera habité de gens de toutes races, ayant choisi par amour d’en être citoyens, pour contribuer à son épanouissement et dont les enfants issus de mélanges raciaux seront les plus beaux et les plus intelligents de la planète grâce, justement, à ce mixage génétique.

Téléchargement gratuit